<< Hadopi II est passé, youpi. | Page d'accueil | L'affaire Roman Polanski >>

L'ASCAP demande rétribution pour performance publique à Apple

Petit rappel pour ceux qui n'utilisent pas le magasin de musique en ligne d'Apple, voici comment il est présenté. Vous pouvez rechercher votre musique par auteur, genre, nouveautés, etc... Une fois que vous avez trouvé une chanson ou un album qui vous plait, vous pouvez en écouter un extrait de 30 secondes pour vous faire une idée. Cette écoute est gratuite et ne rémunère pas les ayants droits des oeuvres en question.

L'ASCAP (organisation américaine de gestion des droits d'auteurs des compositeurs, auteurs et éditeurs de musique) vient de déposer un recours au gouvernement américain pour faire en sorte que Apple reverse des droits au même titre qu'une radio américaine reverse des droits lorsqu'elle diffuse une chanson. A lire ici, en anglais.

Il est bien évident que les ayants droits doivent récupérer une part raisonnable des profits générés par leurs oeuvres. Mais est-ce qu'on n'est pas en train de réinventer le marketing à l'envers? Ce court extrait de 30 secondes est distribué pour allécher le consommateur au produit... Est-ce que Audi touche de l'argent lorsqu'une pub sort dans un magazine avec une photo de leur voiture? Non, c'est plutôt eux qui payent!

Mais derrière ça, les artistes essayent sans doute de récupérer le dernier cent possible de la vente online. Attention toutefois à ne pas etouffer la poule aux oeufs d'or, ce serait dommage. Et s'ils considèrent insuffisant le pourcentage de revenu qui leur revient lors de la vente de produits en ligne, ça n'est pas vers Apple qu'il faut se tourner, mais plutôt vers les détenteurs des copyright, leurs maisons de disque.

Maintenant, tout cela se passe de l'autre côté de l'atlantique. Mais historiquement, toutes les "avancées" dans le domaine obtenues par les lobbies U.S. ont fini par débouler en Europe, bien souvent sous une forme encore pire que l'originale... Alors on se méfie. Bien qu'on n'y puisse rien.

Peut-être que la meilleure solution serait de laisser faire. Rendre la moitié des chansons payantes à la preview (quelques centimes) et voir leurs ventes s'effondrer. Peut-être que cela les ferait réfléchir et prendre conscience que ces extraits sont là pour les aider, pas pour les couler.

Catégories : Société, Culture, Légal